Everything Everything de Nicola Yoon

Everything Everything de Nicola Yoon - Book Lipstick, blog littéraire
21 Juin

Résumé :

Madeline souffre de « la maladie de l’enfant bulle« . Comme elle le résume très bien : En gros, je suis allergique au monde. N’ayant jamais mis un pied dehors en 18 ans, Madeline trouve refuge dans les livres et se créé son propre petit univers, considérant le monde extérieur comme de toute façon trop dangereux. Mais tout ça, c’était jusqu’à ce que Madeline croise, par la fenêtre de sa chambre, le regard ténébreux de son nouveau voisin, Olly.

Prenez garde – l’amour donne des ailes, même quand on vit dans une bulle. 

Mon avis :

J’étais d’abord assez sceptique à propos de ce livre considéré son genre – Young adult – genre qui est souvent, avouons-le, une étiquette un peu fourre-tout. Cependant, l’intrigue d’une maladie aussi rare que célèbre qui rend allergique au monde et la phrase de couverture Le plus grand risque dans la vie, c’est de ne pas en prendre, m’ont mis au défi. Résultat: j’ai littéralement A-DO-RÉ ce livre. A croire que prendre certains risques dans la vie, ça paie ;) .

Le journal intime d’une ado’ presque comme les autres

Poétique et rigolo

Ce qui m’a d’abord conquise dans ce livre c’est le format d’écriture. Le livre est écrit comme le journal intime de Madeline, qui est, qu’on se le dise, un personnage attachant et brillant. Elle y raconte ses craintes, ses joies et ses peines – tout cela via l’écriture mais également à travers de jolis petits dessins, de notes à soi-même voire parfois même de diagrammes farfelus. L’écriture est aérée pour un rendu frais, agréable et vraiment drôle. Vous retrouverez par exemple tout au long du livre des sections du style :

  • La vie est courte ou la rubrique du spoil par Madeline où Madeline parle de ses livres préférés,
  • la surveillance du voisinage 
  • ou encore le dictionnaire de Madeline.

Vous serez plongé dans la nostalgie des premiers papillons dans le ventre et des devoirs maison tout en partageant le quotidien d’une adolescente contrainte par la maladiej’ai trouvé ça charmant et tout à fait poétique.

Conversation épistolaire moderne

J’ai également trouvé très astucieux de la part de Nicola Yoon de retracer les échanges entre Madeline et Olly en conservant leur format numérique. Insérés ainsi dans l’espèce de journal intime, ils permettent d’introduire du dialogue tout en entretenant cette idée d’isolement et de solitude- idée particulièrement appropriée sachant qu’elle allège encore davantage l’écriture. Si vous cherchez un livre pour votre ado’ qui n’aime « pas trop lire », je vous le recommande les yeux fermés !

Un message positif : dépasser ses peurs et ses limites

Everything, Everything nous rappelle que l’on a pas besoin d’être malade pour souffrir quand on est adolescent. Ponctué de questionnements par rapport à l’avenir, sa famille, ou ses supposés limites, Everything, Everything nous inspire et ce notamment grâce à ses supers personnages. Quand Olly encourage Madeline à poursuivre ses rêves et à défier sa condition pré-établie par certains médecins, Madeline l’encourage à s’ouvrir, à prendre sur soi et soin de soi. Bien plus que le récit d’un simple amour adolescent, nous sommes, en tant que lecteurs, témoins de leur transformation dans une intrigue bien plus complexe qu’on ne peut l’imaginer.

Everything, Everything, un risque délicieux pour les plus jeunes comme pour les plus vieux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ca va vous plaire ! ...dans la catégorie Ados et Young Adults

Nos réseaux sociaux